Violon baroqueViolon baroque

Le violon apparait au XVIème siècle dans le Nord de l’Italie, probablement introduit par Andrea Amati. Il dérive de la vielle médiévale, ou rebec, tous deux joués sur l'épaule, d'où le nom de "viole de bras" (viola da braccio) donné à juste titre par les Italiens. Ses particularités entraînent une manière de jouer totalement différente de celle du violon classique. En effet, il possède quatre cordes (sol, ré, la, mi) en boyau ce qui donne une sensation totalement différente de celles en métal. On le joue avec un archet plus léger. On a plus de liberté au niveau des épaules, moins de liberté à la main droite et on ne peut pas caler le violon sous le menton…

Le répertoire pour violon éclot à partir de la seconde moitié du XVII ème siècle avec les scherzos de Walter, les suites de danses de J. B. Lully, les sonates d’Albinoni, de Geminiani, de Leclair ou Mondonville, les concertos d’A. Vivaldi… Mersenne nous dit, en 1636, que le violon "peut apporter la tristesse comme le fait le luth et animer comme la trompette, et que ceux qui le savent toucher en perfection, peuvent représenter tout ce qui leur tombe en imagination". À la fin du XVIII ème siècle, le violon devient le roi des instruments. Il n'y a pas de soirées au Concert spirituel sans nouveaux concertos ; aristocrates et bourgeois possèdent un orchestre ou jouent eux-mêmes du violon.




 



Créer un site
Créer un site